"Y'a trois grands dans la chanson : Ferré, Brassens et Mérillon !" Et c'est lui qui le dit… La méthode Coué vous connaissez ? …" Mais puisque c'est lui qui vous le chante ! Avec sa gouaille des faubourgs, Mérillon fait défiler de vrais personnages de B.D. : du "Jésus-de-la charpente-métallique" au "PDG Promoteur" et au "Truand-le-nez-dans-le-vent" en passant par tous les "cons" intermédiaires que, par souci écologique, il a peint en vert… Quand Mérillon chante, on est forcé de rire et de chanter avec lui.

MÉRILLON se produit le 10 mai 2007, à 20 h. 30, au FORUM (M° Porte d'Ivry) à IVRY-SUR-SEINE : 11, rue Barbès 94200 (réservation au 01 46 72 64 68)…

Christian LASALLE, créateur du site Gaston COUTÉ était là…le 19 mai 2005…

"En guise d'annonce, le gars du Forum, sûr de son fait, nous balance que, Brassens et Ferré étant partis devant, il est le dernier des trois grands et que Barclay qui aurait aimé le découvrir, pour cause d'enterrement, sera hélas absent. Donc profitons-en !

Et nous allons en profiter pendant près d'une heure et demie. Comme toujours, il s'étonnera de son succès, s'excusant presque d'être là, se demandant si tous ces applaudissements forts et sincères s'adressent bien à lui. Et nous, nous applaudirons, nous rirons, nous serons heureux pour lui, nous essaierons de lui faire comprendre toute la force de notre joie, de notre amitié, de notre plaisir. Je crois que je n'ai jamais entendu d'acclamations aussi chaleureuses et sincères.

Et, sur la scène, derrière le micro, il fera son crooner pas crâneur, nous chantera sa cambrousse abandonnée, revisitera la vie de Jésus qui va, mais qui pourrait aller mieux, nous expliquera l'Égypte des pharaons, le Tibet des moines et la France de la révolution, escamotera un peu le cimetière, nous parlera de ses déboires sur le net pas très net et de ses envies d'extra-terrestre, sa crainte de la vache folle, les avatars du festival de Roudon sans oublier son H.L.M. et son cour de rocker mou ! Les tubes viendront alors, comme pour conquérir tout à fait les éventuels hésitants, mais, trop tard, le triomphe sera déjà total. Et ce sera le coup de grâce avec les cons en vert et, naturellement, les trois grands de la chanson, Ferré, Brassens et. Mérillon. Sans oublier pour la fin celle qu'il a failli oublier, la ballade à Gaston !

Seul en scène. Pas tout à fait ! C'est passer sous silence le jeu de scène de l'artiste ! Quand il repousse sa chaise repose-pied pour se lancer dans un rock endiablé, quand il saute en l'air et martèle la guitare comme un tambour. Celle-ci, pas d'accord, finira d'ailleurs par se désaccorder. La belle guitare de Claude Gaisne, comme la cavalerie, viendra à la rescousse et le J.C. sera alors l'homme aux deux guitares, une comme pense-bête avec la liste des textes et des tonalités collée sur la caisse, l'autre comme instrument de musique. qui finira aussi par céder à ses mélodies raffinées.

La recette Mérillon ? Un beau refrain, un vrai refrain, un de ceux qui rentrent tout de suite dans la tête et qu'on reprend. au refrain ! Et des couplets ciselés par l'expert. Avec ça, une bonne dose d'humour, très grosse, une portion d'autodérision, un énorme zeste de tendresse, une pointe de révolte et le tout arrosé à l'humilité.

Et ça fait, tout ça, une superbe soirée, ça met en réserve de merveilleux souvenirs ! Ça donne des mines réjouies et hilares quand les lumières se rallument."

Le HLM (Jean-Claude Mérillon)

 

Refrain :

 

Youpi !

Le HLM,

C'est chouette !

La volupté,

Ohé !

C'est la cité !

 

Le HLM, c'est la rengaine !

La volupté, c'est la cité !

Au bloc B12, y a des sirènes

Qui viennent de l'usine d'à côté...

On voit le ciel et ses Boeings

Qui font des bangs à tout casser

Et puis un arbre bien tranquille

Qu'un architecte a oublié...

 

Pour le parking, c'est gratiné,

Faut faire la queue comme au ciné.

Les ascenseurs, y a du suspense :

Ça s'arrête jamais oùsqu'on pense.

Puis y a la télé, voyez-vous !

Ben oui ! On s' console comme on peut.

Avec c' truc-là, on louche beaucoup

Et on d'vient complèt'ment gâteux

(…)

Mérillon a été enregistré en public en avril 2003 au MAGIQUE en mars 2004... Et comme c'était magique, Roudon diffusion artistique a édité un CD... qui retrace cette soirée !

Pour commander avec 15€, cliquer ici