Cité de poètes et d'artistes.

Au cœur du Val de Loire, entre Sologne et Beauce, la belle cité de Meung-sur-Loire offre son charme et sa poésie.

A l'époque gallo-romaine, la ville se nomme Magdunum. Des moines s'y rassemblent autour de Saint-Liphard et aménagent la rivière des Mauves, qui, après avoir draîné la nappe phréatique de la Beauce par de multiples sources, sillonne le corps du bourg.

Les trépidations des 37 moulins qui y ont été construits rythmeront longtemps la vie des magdunois. Dans ces moulins on fabriquait de la farine, du papier, de la poudre, on tannait les cuirs et les peaux, on foulait le drap.

Les mariniers de Loire furent longtemps actifs au port du "Bout du Monde" sur le fleuve mythique. On mettait à quai les marchandises: venues d'Auvergne ou de l'Océan et on chargeait sur les bateaux des tonneaux remplis d'un vin des côteaux, le « Gris Meunier ».

Au XIIe siècle apparaît la Collégiale St Liphard, harmonieux édifice qui possède un rare et étonnant clocher de pierre, contre lequel s'adossent les vestiges de la tour Manassès.

Un imposant château, avec murailles épaisses de deux mètres, tours d'angles et ouvrages de défense, est édifié au XIIe siècle. De cette époque, on peut encore admirer l'insolite chapelle souterraine, les oubliettes et le "cul-de-basse-fosse", dont François Villon ne sortit que grâce à la clémence de Louis XI. Ce château, qui fût la résidence des évêques d'Orléans, servit aussi de refuge à Salisbury durant la guerre de 100 ans. C'est Jeanne d'Arc qui, en 1429, délivra la ville. Au XVIIe siècle, une grande partie du château est remaniée d'où il résulte un second visage à ce château.

Jehan Clopinel, qui vit le jour ici en 1240, a écrit le "Roman de la Rose" sous le nom de Jehan de Meung.

François Villon, enfermé et torturé dans la dure prison de Meung-sur-Loire, écrit une partie du « Grand Testament » en 1461.

Le peintre Ingres a séjourné de 1853 à 1866 dans une maison du Mail.

Gaston Couté, poète indépendant à l’esprit acéré, décrivit sans complaisance la société Magdunoise en 1900.

Le bourg a inspiré aussi des romanciers : Alexandre Dumas y raconte la première aventure de d'Artagnan dans « Les Trois Mousquetaires » et Georges Simenon y installe la retraite de Maigret.

 

Et pour en savoir plus : http://www.visitez-meung.com

Le Château de Meung-sur-Loire, dit "Château aux deux visages", côté XIIème

selon une peinture de Paul VILAIN (1973)