Jacques FLORENCIE nous a quittés, le 9 août 1985, bien avant le terme d'une carrière de chanteur, interprète et compositeur, qui faisait vivre les racines profondes qui font la force de l'homme. Sur ses propres arrangements, il chantait BRUANT BAUDELAIRE, VERLAINE, APOLLINAIRE mais surtout Gaston COUTÉ, beauceron comme lui. Sa musique collait si bien aux mots du poète sensible et révolté.

flo

Itinéraire de FLO

- 1955 : début au "Cheval d'Or" en chantant Bruant, Couté, Ferré, etc...

- 1956 : crée le cabaret "Moineau"chante

Barbara et se produisent Jean Ferrat, PaulineJulien, etc.

- 1957 : divers cabarets ( guitare, chant ) dont "La Contrescarpe".

- 1959 : crée "la Méthode" avec quelques amis.

- 1960 : tournée en Suède comme guitariste classique.

- A partir de 1967 : musique contemporaine en tant comme compositeur " Le Petit Prince ''.

"La Belle et la Bête ", " Comme il vous plaira", ballet, musique de chambre, etc...) que comme soliste (ORTF, Festival d'Avignon, Festival de Baalbeck).

- 1978-79 : reprise du tour de chant (séries de récitals au Théâtre de Plaisance à Paris, puis tournées en Province. Film télé : Florencie chante Bruant ( FR3 et Antenne 2 ).

- 1980, trois semaines à BOBINO avec Paco IBANEZ. Disque 30 cm "Florencie chante Couté et Bruant".

Entre 1980 et 85 : nombreuses tournées en France et à /'Etranger. Printemps de Bourges.

- en 81 : un mois au Lucernaire.

- en 82, Bobino et le carré Sylvia Montfort.

- en 83 : Création du"Radeau de la méduse" et nouveau concerts en France.

en 84, en tournée aux Etats-Unis de nouveau un mois au Lucernaire en 85.

Ce qu'en a pensé la presse.

"La qualité première de la musique de Jacques FLORENCIE est sa simplicité. Une simplicité voulue, étudiée, qu'il oppose aux ghettos culturels.

Ce n'est certes pas par hasard s'il est simultanément compositeur de musique contemporaine, joueur de flamenco, interprète de chansons dont iI écrit \a musique, sans parler de quelques autres cordes à sa guitare,

Parce qu'il refuse à la fois le show-business de la variété débile et le sectarisme d'une avant-garde prétentieuse, iI se situe au confluent de musiques réputées inconciliables.

Il ne faut pas se méprendre sur cet éclectisme, iI s'agit probablement d'un pari unique dans la musique d'auJourd'hui.

Ce parti pris de dépouillement, de refus des effets, nous le retrouvons dans le récital consacré à Bruant et Coûté.

Une interprétation délicate, d'une émotion contenue. Des anecdotes émalllent les chansons établissant une complicité avec le public.

Au total, II s'agit moins d'un spectacle, au sens conventionnel du terme que d'une petite cérémonie dédiée à i'amitlé, à la fraternité."

Raymond Cousse

Une autre impression :

" C'est de la chanson qui s'écoute sur un bout de pain, avec un verre de vin pas trop loin de la main... C'est fait à coeur..,"

Daniel Mermet - France Culture

Une autre impression :

"Jacques Florencie, une sorte de Félix Leclerc beauceron dont le timbre rustique et charnu colle à merveille aux églogues de Gaston Couté."

Bernard Mabille au Quotidien de Paris

Un enregistrement retranscrit sur CD témoigne d'une voix chaude s'affirmant à l'écart de toute grandiloquence.

"FLORENCIE chante BRUANT et COUTÉ" L'aumône de la bonne fille - La Chandeleur - La Julie jolie - L'enfermée - Petit porcher - La complainte des trois roses - La casseuse de sabots

Florenciecoutebruant

Pour commander le CD s'adresser à

Chantal WILMANN au 01 40 56 37 82

Jacques FLORENCIE, musicien, guitariste classique et flamenco, chanteur, compositeur de musique contemporaine, a débuté en public dès 1955 dans de nombreux cabarets rive gauche, le Cheval d'Or, le Manouche, le Mont Blanc, la Méthode, Chez Moineau, etc. Il y interprétait alors des auteurs comme Aristide Bruant, Léo Ferré, Apollinaire, Rimbaud Verlaine et Gaston Couté.

Il se sentait proche de Bruant, son arrière grand-mère ayant partagé avec ce dernier le même banc d'école à Courtenay. Par ailleurs, Flo avait tenu le rôle d'Aristide Bruant dans un film réalisé par FR 3 et consacré à la vie de ce dernier.

Passionné des gens et de l'authenticité, Florencie s'était très vite intéressé au parcours  de Gaston Couté et à ses oeuvres dont il appréciait les textes. Il en avait mis beaucoup  en musique et en avait encore d'autres en chantier qu'il n'a malheureusement  pas pu terminer.

C'était un amoureux de la langue française et en particulier de l'argot qu'il maniait avec brio, du patois beauceron et de l'accent qu'il avait naturellement, souvenir d'enfance. 

Il avait encore beaucoup de choses à écrire, à dire et à chanter, forme d'expression qui pour lui, l'humaniste, était un acte d'amour.

Chantal Willmann