"Roudon-les-Mauves", ainsi baptisé par Pierre Mac Orlan qui y séjourna avec son ami, Gaston COUTÉ dans les années 1900, est un hameau situé à la limite nord-ouest de la Commune de Meung-sur-Loire (LOIRET), accessible par le train (Gare d'Austerlitz départ 9heures du matin ) et l'autoroute A 10 (Sortie n° 15 au sud d'Orléans dans la direction de Bordeaux au km 114 ).

Pour ainsi dire "ravitaillé par les corbeaux", ce hameau se compose de quelques maisons qui sont, pour la plupart, situées en bordure d'un réseau de rivières aménagées appelées "Les Mauves" (Voir la carte de la région avec les circuits de randonnées).

La maison jouxtant le Moulin de Roudon, sise au n° 76, a ainsi toujours constitué un lieu de rencontre en raison de l'activité, à cet endroit, par le passé, d'une "guinguette"où l'on pouvait déguster avec un petit vin de pays, une platée d'écrevisses, voire un brochet, en provenance directe des rivières. C'est là que s'est développée l'activité de l'Association.

"La Turne"

Gaston COUTÉ (1885-1911) a loué, au début des années 1900, à quelques pas du Moulin de Clan où habitaient ses parents, une petite maison qu’il qualifiait de “turne”.

«…de joyeuses bandes échappées de la capitale se succédèrent bientôt à Roudon » (outre Maurice Lucas cité par l’auteur, Pierre Mac Orlan, Tony Taveau et bien d’autres…). Gaston COUTANT in “Gaston COUTÉ, l’enfant perdu de la révolte” aux Editions du Vieux Saint-Ouen 1966.

« Je suis allé a Roudon. J'ai titubé sur les planches mal assujetties qui franchissent les Mauves dans les prairies si fraîches et si jeunes. Jai vu danser les filles en coiffe à l'Assemblée de Meung. Couté, vêtu de sa courte blouse bleue écrivait : “Viens danser”, ses mains noueuses de paysan crispées sur le bois du porte-plume comme sur le mancheron d'une charrue. » (Extrait de “Montmartre” in “Œuvres complètes de Pierre Mac Orlan” Edito-Service S.A., Genève).

Dieu sait, s'il y a, à Roudon, matière à distraction…

À présent, en lisière de la forêt, en bordure des rivières, un jardin est ouverture sur le cosmos… arborant une antenne en forme de peuplier d'Italie. Un tilleul, ombrage une cour cernée par une fermette composée de 3 bâtiments. Leur aspect rustiquea été préservé avec un parti pris de simplicité intemporelle. Un atelier d'artiste en ce lieu concrétise sa vocation artistique actuelle.

Les Mauves vues du pont de Roudon (Photo : Robinfp)

Un système de rivières aménagées

Les Mauves constituent un réseau de rivières issues de la nappe phréatique de la Beauce qui, traversant la ville de Meung-sur-Loire et ses environs, s'en va rejoindre la Loire. Elles draînent un système de canaux accessoires ou plutot de fossés qui avait pour but de stocker l'eau, de bien la repartir tout en ménageant des espaces de culture (les courtils) nécessaires a la production maraîchère ou de bois.

L’énergie, c'était une série de moulins existant depuis une dizaine de siècles. Les moulins ont servi a moudre le grain, I’écorce de chêne, la chaux, les végétaux. Ils ont fait la prospérité de Meung-sur-Loire. L'eau a été canalisée sur les deux coteaux de la vallée. Une berge est naturelle, I'autre a été construite par I'homme qui a étudié I'utilisation de chaque mètre de dénivellation pour faire tourner les roues.

L'utilisateur, appelé usinier, avait besoin de beaucoup d'eau régulièrement, il veillait donc au bon écoulement de I'eau. II recevait I'eau de son voisin placé en amont et la rétrocédait a son voisin placé en aval. L'usinier ne pouvait stocker I'eau. II ne pouvait que maintenir son approvisionnement selon un repère scellé au ras de l'eau.

A présent, l'énergie électrique a remplacé l'énergie des rivières pour les quelques moulins qui restent en activité. C'est dire que si leur productivité y a gagné, l'entretien des rivières, comme sources d'énergie, y a perdu…,

Voir à ce sujet, en cliquant ici, "Botanique dans le bassin des Mauves"

Pour repérer Roudon sur la carte de la région, cliquer ici